• #Les Orchestres au Quotidien

Partager cet article sur

Musique gasconne au programme de l’orchestre de Labouheyre !

39 élèves apprennent à jouer d’un instrument traditionnel dans les Landes

 

Coup de projecteur sur un orchestre à l’école qui met à l’honneur la musique traditionnelle de sa région ! Vielles à roue, cajóns, cornemuses landaises, accordéons diatoniques, ou encore flûtes à trois trous ; autant d’instruments que les enfants de l’école de Labouheyre peuvent pratiquer ensemble du CE2 au CM2. L’expérience est un vrai succès : témoignages des porteurs du projet ci-dessous, à travers l’article écrit par Fanny Léonor Crouzet publié dans Sud Ouest.

 

Dans les Landes, la musique gasconne est à bonne école

LABOUHEYRE

Des élèves du CE2 au CM2 reçoivent des enseignements du Conservatoire. Rencontre.

 

Les professeurs de musique dispensent des cours à l’orchestre à l’école © F.L.C pour Sud Ouest

 

« Les vielles rentrent sur la cinquième touche du clavier. Et puis les cajóns font « Boum, boum, boum, boum », d’accord ? Ensuite, on fait rentrer les bourdons de cornemuses sur un sol fermé. C’est compris pour tout le monde ? » Les élèves acquiescent et se préparent à jouer la partie A d’une chanson gasconne. Simon Guillaumin, professeur de musique traditionnelle au Conservatoire des Landes, lève les mains pour appeler au silence. Et les quatre vielles, presque synchrones, entament un chant lancinant dans la salle de classe. Depuis un peu plus d’un an, la classe de GMI de l’école Olympe-de Gouges de Labouheyre profite du dispositif Orchestre à l’école, initié par l’Éducation nationale. À l’échelle locale, l’initiative revient à la directrice, Virginie Abadia. Avec d’autres enseignants, elle a réuni un tiers des financements annuels de ce qu’imposait le projet, soit environ7000 euros. Les deux tiers restants sont pris en charge par le Conseil départemental et les collectivités locales. Appel aux dons, démarchage d’entreprises, organisation d’animations en dehors des heures de cours : l’équipe de professeurs des écoles a donné de son temps pour permettre la naissance de cet échange musical. Pendant trois ans, 39 écoliers apprennent à jouer d’un instrument traditionnel gascon. Accordéon diatonique, cornemuse landaise, flûte à trois trous, vielle à roue ou cajón : les  élèves ont une heure et demie chaque semaine pour pratiquer en groupe l’instrument de leur choix, qui leur est prêté par le Conservatoire.

Lors d’une heure supplémentaire dédiée à l’orchestre, ils s’initient également au chant et au vocabulaire de la langue gasconne. «Ici, on travaille seulement à l’oral, sans faire de solfège. Et on remarque que de cette manière, ceux qui sont un peu à la traîne en classe d’habitude ne le sont pas du tout en musique, explique Simon Guillaumin. La musique rééquilibre un peu les choses. »

 
Donnant-donnant
Éric Oberlé, Yan Cozian et Matiu Dufau, également professeurs au Conservatoire des Landes et visiteurs hebdomadaires de l’école Olympe de Gouges, adaptent leur enseignement au dispositif. Au Conservatoire, en effet, la technique instrumentale se transmet de professeur à élève seul. Ici, les cours de technique se font par groupe de quatre à dix, pratique que le Conservatoire des Landes a reprise en son sein, en créant un atelier de pratique collective pour les enfants. En matière éducative, le projet sert une classe d’élèves issus de milieux sociaux très différents. Selon Virginie Abadia, les valeurs ajoutées de la présence du Conservatoire à l’école sont « énormes, en termes de gain de confiance en soi, de respect de l’autre et de compétences à l’oral ». Si bien que le professeur a déjà démarche le collège de la ville dans le but de pérenniser le projet, via des classes à horaires aménagés, au-delà des trois ans prévus par l’Éducation Nationale. L’enseignante espère aussi pouvoir relancer le dispositif auprès des futurs CE2 de son école, une fois ce cycle terminé. « En à peine un an, le projet a soudé la classe. Et dans un autre temps, quatre des élèves ont voulu pratiquer plus souvent et je leur donne des cours au Conservatoire, raconte Simon Guillaumin. C’est donnant-donnant.»

 

Culture traditionnelle
Parmi les disciplines traditionnelles enseignées, figurent le chant et la musique Cependant, la danse n’a pas été oubliée. L’année passée, les écoliers de Labouheyre ont intégré à leur spectacle de fin d’année du rondeau et des chorégraphies de leur invention, sur des airs de hip-hop. « Dans cette classe, il y a des enfants issus de milieux sociaux et d’horizons différents », constate Simon Guillaumin. Virginie Abadia apprécie aussi les apports du métissage des cultures. La directrice d’école considère l’apprentissage commun d’une nouvelle langue, le gascon, et des instruments traditionnels comme une occasion de gommer les inégalités. Un petit plus apprécié, qui n’était pas forcément prévu dans la partition initiale. »

Articles smilaires

Mathieu Cepitelli

#Les Orchestres au Quotidien
Mathieu Cepitelli à Saint-Florent-le-Vieil (49) Le compositeur a passé une journée dans l'orchestre du collège Jacques Cathelineau dans le Maine-et-Loire pour travailler son oeuvre Tango Bandit   [caption id="attachment_3929" align="alignnone" width="720"] Mathieu Cepitelli devant l'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil[/caption]   En janvier dernier, nous lancions un appel à candidatures, en partenariat avec la SACEM et la fondation CARASSO, afin que notre répertoire soit enrichi de compositions inédites. A l'issue de cet appel, 10 œuvres ont été composées par des sociétaires de la SACEM, qui se sont pliés à un cahier des charges spécifique, afin que les créations soient parfaitement adaptées à de jeunes musiciens ! L'orchestre du collège Jacques Cathelineau à Saint-Florent-le-Vieil est particulièrement enthousiaste et réactif : étant le premier à commander l'oeuvre Tango Bandit de Mathieu CEPITELLI, l'orchestre a eu la chance d'accueillir le compositeur en son sein ce mardi. Pendant une journée, le compositeur a travaillé dans la bonne humeur avec les jeunes musiciens, et leur a livré de précieux conseils.   Mathieu CEPITELLI, compositeur de Tango Bandit Autodidacte, Mathieu CEPITELLI est un compositeur « touche à tout » et affectionne particulièrement le tango. Enseignant pour des musiciens amateurs, il est très sensible à l’arrangement des répertoires classiques. L’objectif : enlever la technique trop poussée pour que chaque pupitre d’instrument puisse jouer et prendre du plaisir ! Il a composé pour Orchestre à l’Ecole Tango Bandit, qui fait référence aux films de gangsters. Deux thèmes caractérisent l’œuvre : la nostalgie et le lyrisme. Il a créé la bande originale, aux musiciens d’en imaginer le scénario ! Au travers d’un prisme ludique et grand public, il désire transmettre les accentuations et quelques techniques propres au tango. Lien vers son site internet   Retour en images sur une journée riche en rencontres et apprentissages.   [caption id="attachment_3930" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3928" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3927" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]  

Pari gagné : ils ont créé un orchestre dans un institut médico-éducatif

#Les Orchestres au Quotidien
Belle inauguration pour le Sefonland Orchestra   Pari gagné : ils ont créé un orchestre dans un institut médico-éducatif     Sefonland Orchestra est le premier orchestre en Institut Médico Educative (IME). Il regroupe les IME de Fongrave, Lalande et Agen. Jeudi 31 janvier ils ont fait salle comble pour leur premier concert lors de l'inauguration officielle. Ils étaient accompagnés du baryton Omar Hassan, leur parrain, devant un parterre de personnalités politiques et de sponsors. Tous étaient admiratifs devant le travail accompli par les musiciens néophytes et leur professeur Julien Rusch. "Omar Hassan qui a mis l’accent sur la nécessité de ne pas s’isoler, d’être solidaires et n’a pas hésité à donner de la voix dans un petit intermède improvisé et fort apprécié."     Grâce au soutien de l'association Orchestre à l’École, Musique en vie et Vivendi Create Joy, les élèves pratiquent leur instrument le mardi et se retrouvent le jeudi pour jouer tous ensemble en orchestre. Enfants et éducateurs jouent ensemble. Certains enfants sont en grande difficulté, ne savent pas lire et grâce à une pédagogie innovante, ils atteignent "un niveau musical de qualité". Un répertoire spécialement créé pour eux leur permet de jouer en formation orchestrale. En parallèle, ils apprennent la lecture de la musique (par des codes) et la technique instrumentale. A la fois ludique et éducative, cette méthode encourage le mieux vivre ensemble par le partage et le respect mutuel."   Écouter une interview sur Radio Bulle Agen (lundi 29 janvier, aller à 25:10) Source: article publié dans La Dépêche le 7 février 2018 -> Lire l'article dans sa totalité