• #L'actu de l'association

Partager cet article sur

Sandrine – fière, droite, toujours discrète – est d’une troublante authenticité

 

Notre marraine de l’Olympia est à l’affiche du dernier film de Gaël Morel

Edith, 45 ans, ouvrière dans une usine textile, voit sa vie bouleversée par un plan social. Loin de son fils et sans attache, plutôt que le chômage, elle est la seule à choisir de rejoindre son usine délocalisée au Maroc…

Les Inrockuptibles
« Entre l’agonie de la classe ouvrière française et l’exploitation de celle du Maroc, une femme cherche les conditions de sa réinvention. Un très beau portrait, illuminé par une Sandrine Bonnaire retrouvée. »

Marianne
« Un film puissant et émouvant sur notre époque.  »

Femme Actuelle
« Sandrine Bonnaire est bouleversante dans ce drame réaliste. »

La Croix
« Chronique de la fin de la classe ouvrière et des ravages de la mondialisation, le dernier film de Gaël Morel est surtout un magnifique portrait de femme. Il offre à Sandrine Bonnaire l’un de ses meilleurs rôles. »

La Voix du Nord
« Ce monde du travail dont il est issu, Gaël Morel le filme sèchement quitte à vagabonder sur les rives du film noir et du mélodrame lorsque rebondit le récit. Son lyrisme, ses effluves de romanesque, il les réserve à de belles figures féminines embarquées dans ce long et douloureux chemin qui mène à l’émancipation. »

Ouest-France
« Avec parfois la force d’un documentaire social, ce film est porté par l’interprétation de Sandrine Bonnaire, toujours aussi criante de vérité. »