• #Les Orchestres au Quotidien

Des concerts au jardin du Luxembourg tout le mois de juin

1 juin 2018

Saint Florent le Vieil (49)
Collège Jacques Cathelineau – 1re année
Chemillé en Anjou (49)
Collège Saint Joseph – 1re année

8 juin 2018

Noeux les Mines (62)
Ecole Saint Exupéry – 2e année
Moissy Cramayel (77)
Collège les Maillettes – 1re et 2e année

11 juin 2018

Lagny sur Marne (77)
Collège Marcel Rivière – 3e année

Poissy (78)
Collège des Grands Champs – 3e à 5e année

15 juin 2018

Suresnes (92)
Collège Henri Sellier – 2e et 3e année

Gosné (35)
Ecoles élémentaires – 2e année

Gosné et Suresnes jouent ensemble Let’s rock (35)

18 juin 2018

Villemandeur (45)
Collège Lucie Aubrac – 1 à 7 ans

Saint-Philbert-de-Grandlieu (44)
Collège Lamoricière – 1re à 3e année

Les deux orchestres jouent un morceau commun : Only time

22 juin 2018

La Chapelle Saint Mesmin (45)
Ecole élémentaire Jean Vilar – 3e année

Saint Malo (35)
Ecole La Découverte – 3e année

Les deux orchestres ensemble

25 juin 2018

Peronne (80)
Ecole primaire du centre – 1re et 3e année

Des orchestres qui viennent de toute la France

Comme chaque année, l’invitation à jouer sous le kiosque du Jardin du Luxembourg à Paris a rencontré un grand succès. En effet, les orchestres à l’école ont répondu en nombre à l’appel lancé le mois dernier, à tel point que l’appel est déjà clos !

En juin 2018, ce sont 18 orchestres à l’école venus de 15 villes réparties sur 13 départements français, qui se représenteront dans les jardins du Sénat.

 

Articles smilaires

L’orchestre de Marseille avec Ibrahim Maalouf au Zénith

#Les Orchestres au Quotidien
L'orchestre de Marseille avec Ibrahim Maalouf au Zénith   Préparation Après des mois de répétitions et de stress de ne pas pouvoir atteindre Paris à cause de la situation sanitaire, les 26 élèves de 4e du collège Henri Barnier de Marseille sont finalement montés sur l'incroyable scène du Zénith à Paris. Ils avaient appris en septembre qu'ils seraient les heureux chanceux à partager la scène avec Ibrahim Maalouf et se sont investis dans les répétitions du morceau Happy Face. Arrivés le matin même en train, les voilà au Zénith pour les balances à 15h. S'ensuivent les émerveillements sur le sentiment d'être en coulisse, la taille du lustre, le nombre de personnes responsables du spectacles, le talent des artistes... Lors des balances, Ibrahim Maalouf demande aux enfants qui se sent l'âme d'un soliste et choisi une jeune fille au saxophone qui n'a pas l'air timide. Quelques minutes avant le début du show, Ibrahim Maalouf vient en coulisse rendre visite aux adolescents qui commencent à stresser. Un beau moment de rencontre et de partage a lieu, et après des conseils du trompettistes aux enfants "les fausses notes c'est pas grave, ce qui compte c'est que vous vous amusiez", les élèves lui offrent deux dessins encadrés : l'un représente la classe, et l'autre est un magnifique portrait d'Ibrahim Maalouf dessiné par une jeune clarinettiste de la classe. Le spectacle Puis le soleil tombe, la soirée commence et vient alors l'heure du spectacle. Les élèves sont installés dans le public durant la première partie, les champions du monde de beatbox Berywam, les sept premiers morceaux d'Ibrahim Maalouf. Ils se laissent peu à peu happer par l'ambiance incroyable et l'euphorie générale. Quand tout à coup, leur tour arrive. Ils récupèrent leurs instruments et se tiennent près, derrière le rideau, jusqu'à ce que résonnent les premières notes de Happy Face. Ils montent alors sur la scène, en ligne au premier rang et entament la musique devant plus de 7 000 spectateurs conquis. On joue, on danse, on recommence et on repart triomphant d'avoir vécu pleinement ce moment inoubliable.     Retour en image 📸 Voir les photos de Caroline Bottaro : https://urlz.fr/h58f 📻 Visionner le reportage :