• #Les Orchestres au Quotidien

Partager cet article sur

La charte de qualité des orchestres à l’école est née!

 

Vous l’attendiez, elle est arrivée : on vous expose en détails l’origine de notre charte de qualité et sa raison d’être.

 

 

Pourquoi cette charte ?

Née d’un besoin exprimé par les acteurs du terrain, que sont les porteurs de projets et leurs partenaires, les collectivités, ou encore l’Éducation Nationale, la nécessité d’une charte de qualité des orchestres à l’école s’est progressivement imposée.

La réflexion sur la charte a alors été initiée lors de nos assises nationales au début de l’année 2017. L’objectif est d’avoir un véritable acte fondateur qui définit le socle commun de valeurs auquel les orchestres à l’école doivent adhérer, afin de garantir la qualité et l’efficacité du dispositif. Son ambition est donc de servir de référence et de cadre pour tous les orchestres, en matière de critères de qualité dans les domaines artistiques, pédagogiques, ainsi que dans l’ingénierie de projets.

En outre, l’éducation artistique et culturelle est au cœur des politiques éducatives, culturelles, sociales actuelles. Plusieurs textes règlementaires, que ce soit des chartes, des circulaires, ou des conventions, encadrent ces politiques. La charte que nous proposons s’appuie sur ces documents et vient les compléter.

 

Comment a-t-elle été écrite ?

Cette charte a été rédigée de façon participative, au travers de neuf ateliers organisés dans le cadre des assises, à la suite desquels un comité de participation restreint a poursuivi sa rédaction. Celui-ci était composé d’acteurs de terrain, de partenaires institutionnels de l’association, de fondations, de personnes qualifiées extérieures à l’association, ainsi que de notre équipe et du conseil d’administration.

Tous les adhérents du réseau qui le souhaitaient ont pu s’impliquer dans son écriture pour fonder une charte qui soit ancrée dans la réalité du terrain, puis validée par nos partenaires institutionnels.

 

Que contient-elle ?

La charte expose les critères de qualité incontournables, ainsi que les facteurs d’amélioration vers lesquels chaque projet territorial doit tendre.

Elle a été conçue de façon pragmatique, comme un horizon à atteindre et non comme une contrainte trop rigide. Cependant, l’association ne saurait s’engager aux côtés d’initiatives contournant ouvertement ses dispositions ou refusant de tendre dans leur direction.

Ce document de référence va bien entendu être amené à évoluer, en fonction des retours du terrain et dans le respect constant du cadre législatif et réglementaire.

 

A qui s’adresse-t-elle ?

Cette charte s’adresse principalement aux porteurs du projet, afin de leur servir de guide, en particulier dans les prémices du projet.

Ce document est aussi une source de référence pour les partenaires du projet, notamment les élus et les inspecteurs académiques. La charte les aidera dans la validation du projet.

La charte de qualité sera diffusée le plus largement possible, par le biais du site internet et la base de données de l’association, mais aussi dans les organismes culturels (DRAC), de l’éducation nationale ainsi que des collectivités territoriales.

 

Vous pouvez la télécharger en format pdf.

 

Articles smilaires

Mathieu Cepitelli

#Les Orchestres au Quotidien
Mathieu Cepitelli à Saint-Florent-le-Vieil (49) Le compositeur a passé une journée dans l'orchestre du collège Jacques Cathelineau dans le Maine-et-Loire pour travailler son oeuvre Tango Bandit   [caption id="attachment_3929" align="alignnone" width="720"] Mathieu Cepitelli devant l'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil[/caption]   En janvier dernier, nous lancions un appel à candidatures, en partenariat avec la SACEM et la fondation CARASSO, afin que notre répertoire soit enrichi de compositions inédites. A l'issue de cet appel, 10 œuvres ont été composées par des sociétaires de la SACEM, qui se sont pliés à un cahier des charges spécifique, afin que les créations soient parfaitement adaptées à de jeunes musiciens ! L'orchestre du collège Jacques Cathelineau à Saint-Florent-le-Vieil est particulièrement enthousiaste et réactif : étant le premier à commander l'oeuvre Tango Bandit de Mathieu CEPITELLI, l'orchestre a eu la chance d'accueillir le compositeur en son sein ce mardi. Pendant une journée, le compositeur a travaillé dans la bonne humeur avec les jeunes musiciens, et leur a livré de précieux conseils.   Mathieu CEPITELLI, compositeur de Tango Bandit Autodidacte, Mathieu CEPITELLI est un compositeur « touche à tout » et affectionne particulièrement le tango. Enseignant pour des musiciens amateurs, il est très sensible à l’arrangement des répertoires classiques. L’objectif : enlever la technique trop poussée pour que chaque pupitre d’instrument puisse jouer et prendre du plaisir ! Il a composé pour Orchestre à l’Ecole Tango Bandit, qui fait référence aux films de gangsters. Deux thèmes caractérisent l’œuvre : la nostalgie et le lyrisme. Il a créé la bande originale, aux musiciens d’en imaginer le scénario ! Au travers d’un prisme ludique et grand public, il désire transmettre les accentuations et quelques techniques propres au tango. Lien vers son site internet   Retour en images sur une journée riche en rencontres et apprentissages.   [caption id="attachment_3930" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3928" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3927" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]  

Pari gagné : ils ont créé un orchestre dans un institut médico-éducatif

#Les Orchestres au Quotidien
Belle inauguration pour le Sefonland Orchestra   Pari gagné : ils ont créé un orchestre dans un institut médico-éducatif     Sefonland Orchestra est le premier orchestre en Institut Médico Educative (IME). Il regroupe les IME de Fongrave, Lalande et Agen. Jeudi 31 janvier ils ont fait salle comble pour leur premier concert lors de l'inauguration officielle. Ils étaient accompagnés du baryton Omar Hassan, leur parrain, devant un parterre de personnalités politiques et de sponsors. Tous étaient admiratifs devant le travail accompli par les musiciens néophytes et leur professeur Julien Rusch. "Omar Hassan qui a mis l’accent sur la nécessité de ne pas s’isoler, d’être solidaires et n’a pas hésité à donner de la voix dans un petit intermède improvisé et fort apprécié."     Grâce au soutien de l'association Orchestre à l’École, Musique en vie et Vivendi Create Joy, les élèves pratiquent leur instrument le mardi et se retrouvent le jeudi pour jouer tous ensemble en orchestre. Enfants et éducateurs jouent ensemble. Certains enfants sont en grande difficulté, ne savent pas lire et grâce à une pédagogie innovante, ils atteignent "un niveau musical de qualité". Un répertoire spécialement créé pour eux leur permet de jouer en formation orchestrale. En parallèle, ils apprennent la lecture de la musique (par des codes) et la technique instrumentale. A la fois ludique et éducative, cette méthode encourage le mieux vivre ensemble par le partage et le respect mutuel."   Écouter une interview sur Radio Bulle Agen (lundi 29 janvier, aller à 25:10) Source: article publié dans La Dépêche le 7 février 2018 -> Lire l'article dans sa totalité