• #Les Orchestres au Quotidien

« Tous musiciens d’orchestre »

Orchestre à l’Ecole bénéficie du plan du Ministère de la Culture

 

La Ministre Françoise Nyssen annonce le plan « Tous musiciens d’orchestre » à la Philharmonie après le concert des orchestres à l’école de Renazé (53), Rueil-Malmaison (92) et Demos ©MC-Vincent Baillais

 

L’association Orchestre à l’Ecole se réjouit du lancement du plan « Tous musiciens d’orchestre » par Françoise Nyssen, ministre de la Culture, le 23 mai dernier.

Le dispositif Orchestre à l’Ecole se voit ainsi consacré comme l’un des deux piliers d’une ambition destinée à « favoriser la création de nouveaux orchestres dans les Quartiers Politique de la Ville et dans les zones rurales pour casser l’élitisme souvent associé à cette pratique orchestrale ».

Forte de cette confiance et de ce soutien sans précédent des pouvoirs publics, Orchestre à l’Ecole s’engage à accélérer fortement dès l’année scolaire prochaine le déploiement du dispositif :

• 100 nouveaux orchestres seront aidés dès la rentrée 2018, afin d’atteindre 1330 orchestres à l’école (soit 2700 enfants bénéficiaires supplémentaires)

atteindre progressivement 250 nouveaux orchestres à l’école aidés par an (soit 6250 nouveaux bénéficiaires supplémentaires par an)

 

La spécificité de la démarche des orchestres à l’école est désormais pleinement reconnue par l’Etat ! Déjà signataire d’une convention avec les trois ministères de la Culture, de l’Education nationale et de la Cohésion des Territoires, l’association Orchestre à l‘Ecole sera l’un des deux bénéficiaires de l’effort financier inédit annoncé ce mercredi 23 mai (subventions globales augmentées de 2,6 millions d’euros, et renouvelées chaque année).

 

Cette spécificité repose sur trois fondamentaux :

une approche pédagogique : le dispositif est le seul de ce type inscrit dans le temps scolaire.

une philosophie : chaque orchestre est le fruit d’un partenariat territorial, et l’association s’appuie sur des retours d’expérience concrets pour perfectionner continuellement son dispositif.

un modèle économique: le coût d’un orchestre est raisonnable (450€ par élève par an) et les budgets de l’association sont concentrés sur l’aide aux initiatives locales, ce qui permet la croissance à la fois rapide et maîtrisée du réseau.

 

Des orchestres à l’école pour accompagner l’annonce de ce plan exceptionnel

Retour en images sur les concerts des orchestres à l’école des Buissonnets de Rueil-Malmaison, et du collège Alfred Jarry de Renazé dans le cadre de la conférence de presse de la ministre à la Philharmonie.

Après seulement 5 mois de musique, les CE2 de l’école des Buissonnets de Rueil-Malmaison (92) donnait leur troisième concert hier, et c’était à la Philharmonie devant la Ministre de la Culture ©MC-Vincent Baillais

 

Les 5e et 4e de l’orchestre à l’école de Renazé (53) jouaient pour la première fois ensemble. Le marching band mayennais a séduit le public de la Philharmonie ©Caroline Bottaro

 

Reportage de Mayenne Info sur l’orchestre de Renazé

 

Discours de Guillaume Borie et témoignage de Mustapha El Miri, ancien élu de la ville de Gardanne qui a monté un orchestre dans sa ville ©MC-Vincent Baillais

Articles smilaires

L’orchestre de Marseille avec Ibrahim Maalouf au Zénith

#Les Orchestres au Quotidien
L'orchestre de Marseille avec Ibrahim Maalouf au Zénith   Préparation Après des mois de répétitions et de stress de ne pas pouvoir atteindre Paris à cause de la situation sanitaire, les 26 élèves de 4e du collège Henri Barnier de Marseille sont finalement montés sur l'incroyable scène du Zénith à Paris. Ils avaient appris en septembre qu'ils seraient les heureux chanceux à partager la scène avec Ibrahim Maalouf et se sont investis dans les répétitions du morceau Happy Face. Arrivés le matin même en train, les voilà au Zénith pour les balances à 15h. S'ensuivent les émerveillements sur le sentiment d'être en coulisse, la taille du lustre, le nombre de personnes responsables du spectacles, le talent des artistes... Lors des balances, Ibrahim Maalouf demande aux enfants qui se sent l'âme d'un soliste et choisi une jeune fille au saxophone qui n'a pas l'air timide. Quelques minutes avant le début du show, Ibrahim Maalouf vient en coulisse rendre visite aux adolescents qui commencent à stresser. Un beau moment de rencontre et de partage a lieu, et après des conseils du trompettistes aux enfants "les fausses notes c'est pas grave, ce qui compte c'est que vous vous amusiez", les élèves lui offrent deux dessins encadrés : l'un représente la classe, et l'autre est un magnifique portrait d'Ibrahim Maalouf dessiné par une jeune clarinettiste de la classe. Le spectacle Puis le soleil tombe, la soirée commence et vient alors l'heure du spectacle. Les élèves sont installés dans le public durant la première partie, les champions du monde de beatbox Berywam, les sept premiers morceaux d'Ibrahim Maalouf. Ils se laissent peu à peu happer par l'ambiance incroyable et l'euphorie générale. Quand tout à coup, leur tour arrive. Ils récupèrent leurs instruments et se tiennent près, derrière le rideau, jusqu'à ce que résonnent les premières notes de Happy Face. Ils montent alors sur la scène, en ligne au premier rang et entament la musique devant plus de 7 000 spectateurs conquis. On joue, on danse, on recommence et on repart triomphant d'avoir vécu pleinement ce moment inoubliable.     Retour en image 📸 Voir les photos de Caroline Bottaro : https://urlz.fr/h58f 📻 Visionner le reportage :