• #Les Orchestres au Quotidien

« Tous musiciens d’orchestre »

Orchestre à l’Ecole bénéficie du plan du Ministère de la Culture

 

La Ministre Françoise Nyssen annonce le plan « Tous musiciens d’orchestre » à la Philharmonie après le concert des orchestres à l’école de Renazé (53), Rueil-Malmaison (92) et Demos ©MC-Vincent Baillais

 

L’association Orchestre à l’Ecole se réjouit du lancement du plan « Tous musiciens d’orchestre » par Françoise Nyssen, ministre de la Culture, le 23 mai dernier.

Le dispositif Orchestre à l’Ecole se voit ainsi consacré comme l’un des deux piliers d’une ambition destinée à « favoriser la création de nouveaux orchestres dans les Quartiers Politique de la Ville et dans les zones rurales pour casser l’élitisme souvent associé à cette pratique orchestrale ».

Forte de cette confiance et de ce soutien sans précédent des pouvoirs publics, Orchestre à l’Ecole s’engage à accélérer fortement dès l’année scolaire prochaine le déploiement du dispositif :

• 100 nouveaux orchestres seront aidés dès la rentrée 2018, afin d’atteindre 1330 orchestres à l’école (soit 2700 enfants bénéficiaires supplémentaires)

atteindre progressivement 250 nouveaux orchestres à l’école aidés par an (soit 6250 nouveaux bénéficiaires supplémentaires par an)

 

La spécificité de la démarche des orchestres à l’école est désormais pleinement reconnue par l’Etat ! Déjà signataire d’une convention avec les trois ministères de la Culture, de l’Education nationale et de la Cohésion des Territoires, l’association Orchestre à l‘Ecole sera l’un des deux bénéficiaires de l’effort financier inédit annoncé ce mercredi 23 mai (subventions globales augmentées de 2,6 millions d’euros, et renouvelées chaque année).

 

Cette spécificité repose sur trois fondamentaux :

une approche pédagogique : le dispositif est le seul de ce type inscrit dans le temps scolaire.

une philosophie : chaque orchestre est le fruit d’un partenariat territorial, et l’association s’appuie sur des retours d’expérience concrets pour perfectionner continuellement son dispositif.

un modèle économique: le coût d’un orchestre est raisonnable (450€ par élève par an) et les budgets de l’association sont concentrés sur l’aide aux initiatives locales, ce qui permet la croissance à la fois rapide et maîtrisée du réseau.

 

Des orchestres à l’école pour accompagner l’annonce de ce plan exceptionnel

Retour en images sur les concerts des orchestres à l’école des Buissonnets de Rueil-Malmaison, et du collège Alfred Jarry de Renazé dans le cadre de la conférence de presse de la ministre à la Philharmonie.

Après seulement 5 mois de musique, les CE2 de l’école des Buissonnets de Rueil-Malmaison (92) donnait leur troisième concert hier, et c’était à la Philharmonie devant la Ministre de la Culture ©MC-Vincent Baillais

 

Les 5e et 4e de l’orchestre à l’école de Renazé (53) jouaient pour la première fois ensemble. Le marching band mayennais a séduit le public de la Philharmonie ©Caroline Bottaro

 

Reportage de Mayenne Info sur l’orchestre de Renazé

 

Discours de Guillaume Borie et témoignage de Mustapha El Miri, ancien élu de la ville de Gardanne qui a monté un orchestre dans sa ville ©MC-Vincent Baillais

Articles smilaires

Concerts au Sénat – Orchestres à l’école d’Amiens et de Marseille [par notre envoyée spéciale]

#Les Orchestres au Quotidien
[De notre envoyée spéciale] Concerts au Sénat – Orchestres à l’école d’Amiens et de Marseille Ce lundi 20 juin 2022, les orchestres du Parc Bellevue à Marseille et de l’école Emile Lesot B d’Amiens ont rendez-vous à Paris. Comme cadre, il y a pire : pour cette première rencontre, les enfants se retrouveront au Jardin du Luxembourg, qui sera leur terrain de jeu pour la journée. Accueillis dans le magnifique kiosque du Sénat, ils se produiront l’un après l’autre durant une heure, et partageront ensemble quelques morceaux communs. Arrivés la veille, l’orchestre de Marseille a très vite investi les lieux : c’est bien en avance que les enfants sont arrivés, déjà prêts à s’installer. Impatients de jouer, ils ont commencé à répéter en attendant leurs camarades. Les passants, curieux, commencent déjà à s’arrêter. Bientôt rejoints par la bande d’Amiens, tout ce petit monde s’organise. Il faut laisser la place aux autres de s’installer, avant de répéter ensemble. Si le premier orchestre est essentiellement constitué de cordes, le deuxième est plutôt formé de vents. C’est donc un peu déstabilisés que les enfants se rassemblent ; très vite, ils vont devoir s’adapter au rythme des autres. Imaginez-vous travailler toute l’année dans un certain cadre, avec certains codes, et devoir s’adapter le temps de deux morceaux à une toute autre façon de faire. Croyez-le ou non, ça ne pose pas problème : c’est avec une grande docilité que les enfants s’acclimatent, faisant preuve d’une incroyable capacité d’écoute. Et le résultat en vaut la peine. Le moment du concert venu, les orchestres se succèdent, chacun avec son énergie et son répertoire, pour le plus grand plaisir du public qui est nombreux. On sent les gens émus et impressionnés de voir de si petits enfants jouer avec assurance dans un si grand jardin. A la fois intimiste et grandiose, c’est sur un air festif que la représentation se termine. Il faisait bien gris en ce début de semaine ; mais les enfants d’Orchestre à l’Ecole ont laissé, dans l’enceinte du Luxembourg, quelque chose de joyeux, qui réchauffe et vit surement encore dans le cœur de chacun. Un grand merci à tous les orchestres venus des quatre coins de France d'avoir faire vibrer ce kiosque du Sénat. Retrouvez-les sur cette page.  

Formation à Morez

#Les Orchestres au Quotidien
[De notre envoyée spéciale] Formation Morez - Ecole de Musique Arcade Haut-Jura   Lundi 16 mai, 9h30. Dans une petite salle de l’Ecole de Musique Arcarde Haut Jura, l’équipe de formateur.rice.s de l’association Orchestre à l'École rencontre les acteur.rice.s des orchestres à l'école de Morez. Le but de cette réunion ? Optimiser et mettre en perspective la pratique des intervenant.e.s et des parties prenantes, afin de répondre au mieux aux besoins du territoire. A Morez, une particularité : des orchestres à l'école sont mis en place dans toutes les écoles de la ville. Les élu.e.s, croyant dur comme fer à ce projet, lui ont accordé une importance considérable. Un cas exceptionnel en France. Mais si les terres jurassiennes représentent, pour ainsi dire, un terreau fertile au déploiement des orchestres à l'école, il faut savoir comment entretenir et alimenter cette dynamique. C’est ainsi qu’ont débarqué Mickael Ribault, Anne Laure Guenoux, Loic Renault et Philippe Boissel. Ayant pris contact avec l’équipe avant de venir, s’étant renseigné.e.s sur leurs souhaits, leurs attentes et leurs aspirations, ils.elles ont concocté une formation qui se déroulera sur 2 jour dans les locaux de l’école de musique concernée. Non sans connaître ces besoins, ils.elles se sont pour autant laissé un droit de réserve. L’essentiel de la formation se construit une fois sur place, en temps réel. Tout de suite après avoir rencontré les équipes, il s’agit donc de s’adapter à elles. En comprenant, tout d’abord, leur organisation au quotidien dans le détail et en profondeur. Puis, en les accompagnant dans un chemin réflexif sur les points à travailler. C’est une véritable dialectique : de la rencontre et de la discussion émergent les besoins, qui, une fois formulés, peuvent évoluer, et, dans le meilleur des cas, être assouvis. L’idée est de fournir aux acteur.rice.s des outils pour répondre au jour le jour à des situations potentiellement problématiques, ou tout simplement conduire au mieux le travail pédagogique. Et ce, toujours dans l’optique de faire bénéficier aux enfants d’une expérience riche et d’un apprentissage complet. C’est pourquoi l’essentiel du travail passe par le dialogue, la rencontre des acteur.rice.s entre eux, quelles que soient leurs rôles, leurs positions et leurs spécialités : les intervenant.e.s d'Orchestre à l'École agissent là comme des médiateur.rice.s, dont le travail s’effectue à la fois de façon formelle et informelle. Une certaine importance est ainsi accordée aux temps de partage et de convivialité : repas dans des petites adresses locales, anecdotes partagées et moments entre deux portes, tout est mis à profit, et c’est ce qui rapproche. A la fin de ces deux jours, après avoir beaucoup joué et pensé, l’équipe ressort soudée. Tout comme les enfants dont ils s’occupent, les intervenant.e.s ont appris, par la pratique musicale d’ensemble, à s’écouter et à se comprendre. Ils.elles sont désormais en mesure de désigner quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ; et surtout, ils ont l’envie de se retrouver, de réellement partager cette expérience qu’est l'Orchestre à l'École. Désormais, place au plaisir, à l’improvisation, et à la cohésion autour de cette expérience féconde : dans le Jura, la culture des orchestres à l'école n’est pas prête de faiblir !