• #Les Orchestres au Quotidien

« Comme à la radio » : découvrez les orchestres sélectionnés

Le projet de création « Comme à la Radio » prend forme et débutera en janvier 2020.
Il réunira deux classes d’écoles élémentaires de l’Oise et six musiciens du Collectif La Croche et le Marteau autour d’un projet pédagogique mêlant écriture, improvisation et direction.

 

Les 2 orchestres à l’école sélectionnés pour participer au projet sont ceux de l’école élémentaire Jean Charron de Boissy Fresnoy (60) et de l’école Jean Daudré de Lagny-le-Sec (60).
A eux deux, ils comptent une soixantaine d’enfants en classe de CE2, CM1 et CM2.

Le Collectif La Croche et le Marteau est composé de 6 jeunes musiciens de haut vol, tous issus du CNSM de Paris, qui ont à cœur de défendre une musique axée sur l’improvisation et le travail du son.

Ensemble, ils utiliseront l’objet « Radio » pour découvrir différents styles musicaux et créer une œuvre originale, mélangeant instruments à vent, cordes et percussions.

Les deux orchestres et les musiciens du Collectif se réuniront pour six séances de travail réparties entre janvier et juin 2020. Pour tout savoir sur le projet, nous vous invitons à cliquer ici.

Elsa Moatti (violon), Victor Aubert (contrebasse), Tom Georgel (piano), Maël Bailly (alto), Léo Margue (saxophone) et Arthur Vonfelt (batterie, percussions) amèneront les enfants à devenir successivement compositeurs, interprètes, metteurs en scène et chefs d’orchestre.

Ils présenteront un spectacle commun à la fin du mois de juin : nous souhaitons à tous les participants de vivre une belle expérience musicale !

 

Nous remercions vivement le fonds de dotation Chœur à l’ouvrage
et La Sacem qui soutiennent ce projet.

Articles smilaires

Concerts au Sénat – Orchestres à l’école d’Amiens et de Marseille [par notre envoyée spéciale]

#Les Orchestres au Quotidien
[De notre envoyée spéciale] Concerts au Sénat – Orchestres à l’école d’Amiens et de Marseille Ce lundi 20 juin 2022, les orchestres du Parc Bellevue à Marseille et de l’école Emile Lesot B d’Amiens ont rendez-vous à Paris. Comme cadre, il y a pire : pour cette première rencontre, les enfants se retrouveront au Jardin du Luxembourg, qui sera leur terrain de jeu pour la journée. Accueillis dans le magnifique kiosque du Sénat, ils se produiront l’un après l’autre durant une heure, et partageront ensemble quelques morceaux communs. Arrivés la veille, l’orchestre de Marseille a très vite investi les lieux : c’est bien en avance que les enfants sont arrivés, déjà prêts à s’installer. Impatients de jouer, ils ont commencé à répéter en attendant leurs camarades. Les passants, curieux, commencent déjà à s’arrêter. Bientôt rejoints par la bande d’Amiens, tout ce petit monde s’organise. Il faut laisser la place aux autres de s’installer, avant de répéter ensemble. Si le premier orchestre est essentiellement constitué de cordes, le deuxième est plutôt formé de vents. C’est donc un peu déstabilisés que les enfants se rassemblent ; très vite, ils vont devoir s’adapter au rythme des autres. Imaginez-vous travailler toute l’année dans un certain cadre, avec certains codes, et devoir s’adapter le temps de deux morceaux à une toute autre façon de faire. Croyez-le ou non, ça ne pose pas problème : c’est avec une grande docilité que les enfants s’acclimatent, faisant preuve d’une incroyable capacité d’écoute. Et le résultat en vaut la peine. Le moment du concert venu, les orchestres se succèdent, chacun avec son énergie et son répertoire, pour le plus grand plaisir du public qui est nombreux. On sent les gens émus et impressionnés de voir de si petits enfants jouer avec assurance dans un si grand jardin. A la fois intimiste et grandiose, c’est sur un air festif que la représentation se termine. Il faisait bien gris en ce début de semaine ; mais les enfants d’Orchestre à l’Ecole ont laissé, dans l’enceinte du Luxembourg, quelque chose de joyeux, qui réchauffe et vit surement encore dans le cœur de chacun. Un grand merci à tous les orchestres venus des quatre coins de France d'avoir faire vibrer ce kiosque du Sénat. Retrouvez-les sur cette page.  

Formation à Morez

#Les Orchestres au Quotidien
[De notre envoyée spéciale] Formation Morez - Ecole de Musique Arcade Haut-Jura   Lundi 16 mai, 9h30. Dans une petite salle de l’Ecole de Musique Arcarde Haut Jura, l’équipe de formateur.rice.s de l’association Orchestre à l'École rencontre les acteur.rice.s des orchestres à l'école de Morez. Le but de cette réunion ? Optimiser et mettre en perspective la pratique des intervenant.e.s et des parties prenantes, afin de répondre au mieux aux besoins du territoire. A Morez, une particularité : des orchestres à l'école sont mis en place dans toutes les écoles de la ville. Les élu.e.s, croyant dur comme fer à ce projet, lui ont accordé une importance considérable. Un cas exceptionnel en France. Mais si les terres jurassiennes représentent, pour ainsi dire, un terreau fertile au déploiement des orchestres à l'école, il faut savoir comment entretenir et alimenter cette dynamique. C’est ainsi qu’ont débarqué Mickael Ribault, Anne Laure Guenoux, Loic Renault et Philippe Boissel. Ayant pris contact avec l’équipe avant de venir, s’étant renseigné.e.s sur leurs souhaits, leurs attentes et leurs aspirations, ils.elles ont concocté une formation qui se déroulera sur 2 jour dans les locaux de l’école de musique concernée. Non sans connaître ces besoins, ils.elles se sont pour autant laissé un droit de réserve. L’essentiel de la formation se construit une fois sur place, en temps réel. Tout de suite après avoir rencontré les équipes, il s’agit donc de s’adapter à elles. En comprenant, tout d’abord, leur organisation au quotidien dans le détail et en profondeur. Puis, en les accompagnant dans un chemin réflexif sur les points à travailler. C’est une véritable dialectique : de la rencontre et de la discussion émergent les besoins, qui, une fois formulés, peuvent évoluer, et, dans le meilleur des cas, être assouvis. L’idée est de fournir aux acteur.rice.s des outils pour répondre au jour le jour à des situations potentiellement problématiques, ou tout simplement conduire au mieux le travail pédagogique. Et ce, toujours dans l’optique de faire bénéficier aux enfants d’une expérience riche et d’un apprentissage complet. C’est pourquoi l’essentiel du travail passe par le dialogue, la rencontre des acteur.rice.s entre eux, quelles que soient leurs rôles, leurs positions et leurs spécialités : les intervenant.e.s d'Orchestre à l'École agissent là comme des médiateur.rice.s, dont le travail s’effectue à la fois de façon formelle et informelle. Une certaine importance est ainsi accordée aux temps de partage et de convivialité : repas dans des petites adresses locales, anecdotes partagées et moments entre deux portes, tout est mis à profit, et c’est ce qui rapproche. A la fin de ces deux jours, après avoir beaucoup joué et pensé, l’équipe ressort soudée. Tout comme les enfants dont ils s’occupent, les intervenant.e.s ont appris, par la pratique musicale d’ensemble, à s’écouter et à se comprendre. Ils.elles sont désormais en mesure de désigner quelles sont leurs forces et leurs faiblesses ; et surtout, ils ont l’envie de se retrouver, de réellement partager cette expérience qu’est l'Orchestre à l'École. Désormais, place au plaisir, à l’improvisation, et à la cohésion autour de cette expérience féconde : dans le Jura, la culture des orchestres à l'école n’est pas prête de faiblir !