• #Les Orchestres au Quotidien

Partager cet article sur

Belle inauguration pour le Sefonland Orchestra

 

Pari gagné : ils ont créé un orchestre dans un institut médico-éducatif

 

 

Sefonland Orchestra est le premier orchestre en Institut Médico Educative (IME). Il regroupe les IME de Fongrave, Lalande et Agen.

Jeudi 31 janvier ils ont fait salle comble pour leur premier concert lors de l’inauguration officielle.

Ils étaient accompagnés du baryton Omar Hassan, leur parrain, devant un parterre de personnalités politiques et de sponsors.

Tous étaient admiratifs devant le travail accompli par les musiciens néophytes et leur professeur Julien Rusch.

« Omar Hassan qui a mis l’accent sur la nécessité de ne pas s’isoler, d’être solidaires et n’a pas hésité à donner de la voix dans un petit intermède improvisé et fort apprécié. »

 

 

Grâce au soutien de l’association Orchestre à l’École, Musique en vie et Vivendi Create Joy, les élèves pratiquent leur instrument le mardi et se retrouvent le jeudi pour jouer tous ensemble en orchestre. Enfants et éducateurs jouent ensemble.

Certains enfants sont en grande difficulté, ne savent pas lire et grâce à une pédagogie innovante, ils atteignent « un niveau musical de qualité ». Un répertoire spécialement créé pour eux leur permet de jouer en formation orchestrale. En parallèle, ils apprennent la lecture de la musique (par des codes) et la technique instrumentale. A la fois ludique et éducative, cette méthode encourage le mieux vivre ensemble par le partage et le respect mutuel. »

 

Écouter une interview sur Radio Bulle Agen (lundi 29 janvier, aller à 25:10)

Source: article publié dans La Dépêche le 7 février 2018 -> Lire l’article dans sa totalité

Articles smilaires

Mathieu Cepitelli

#Les Orchestres au Quotidien
Mathieu Cepitelli à Saint-Florent-le-Vieil (49) Le compositeur a passé une journée dans l'orchestre du collège Jacques Cathelineau dans le Maine-et-Loire pour travailler son oeuvre Tango Bandit   [caption id="attachment_3929" align="alignnone" width="720"] Mathieu Cepitelli devant l'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil[/caption]   En janvier dernier, nous lancions un appel à candidatures, en partenariat avec la SACEM et la fondation CARASSO, afin que notre répertoire soit enrichi de compositions inédites. A l'issue de cet appel, 10 œuvres ont été composées par des sociétaires de la SACEM, qui se sont pliés à un cahier des charges spécifique, afin que les créations soient parfaitement adaptées à de jeunes musiciens ! L'orchestre du collège Jacques Cathelineau à Saint-Florent-le-Vieil est particulièrement enthousiaste et réactif : étant le premier à commander l'oeuvre Tango Bandit de Mathieu CEPITELLI, l'orchestre a eu la chance d'accueillir le compositeur en son sein ce mardi. Pendant une journée, le compositeur a travaillé dans la bonne humeur avec les jeunes musiciens, et leur a livré de précieux conseils.   Mathieu CEPITELLI, compositeur de Tango Bandit Autodidacte, Mathieu CEPITELLI est un compositeur « touche à tout » et affectionne particulièrement le tango. Enseignant pour des musiciens amateurs, il est très sensible à l’arrangement des répertoires classiques. L’objectif : enlever la technique trop poussée pour que chaque pupitre d’instrument puisse jouer et prendre du plaisir ! Il a composé pour Orchestre à l’Ecole Tango Bandit, qui fait référence aux films de gangsters. Deux thèmes caractérisent l’œuvre : la nostalgie et le lyrisme. Il a créé la bande originale, aux musiciens d’en imaginer le scénario ! Au travers d’un prisme ludique et grand public, il désire transmettre les accentuations et quelques techniques propres au tango. Lien vers son site internet   Retour en images sur une journée riche en rencontres et apprentissages.   [caption id="attachment_3930" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3928" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]   [caption id="attachment_3927" align="alignnone" width="960"] L'orchestre à l'école de Saint-Florent-le-Vieil (49)[/caption]  

A Evreux, on investit dans l’avenir avec les orchestres à l’école

#Les Orchestres au Quotidien
A Évreux, on investit dans l'avenir avec les orchestres à l'école   La ville multiplie le dispositif dans les écoles après des résultats concluants [caption id="attachment_3740" align="alignnone" width="900"] © Paris Normandie.fr Des professeurs du Conservatoire à rayonnement départemental interviennent pendant deux heures toutes les semaines[/caption]   La ville d’Évreux a choisi de miser sur l'avenir, en ouvrant l’accès à la culture et en utilisant la musique comme facteur de sociabilisation, de responsabilisation, voire de réussite scolaire. Les 25 jeunes de CM1 de l'école Jacques-Cartier, sont les premiers de la ville à avoir expérimenté le dispositif, rejoint depuis septembre par l’école Michelet : 50 autres enfants, découvrent maintenant les cordes.   Le conservatoire d’Évreux convaincu Thierry Redon, le directeur, attache une importance toute particulière à ce dispositif : « Au-delà de l’apprentissage de la musique, il s’agit d’un programme social qui vise à apprendre le respect des règles, le travail en équipe, la confiance en soi et en les autres ».   La ville d’Évreux : un investissement dans l'avenir "Les enfants repartent avec chez eux. C’est une fierté pour eux mais aussi pour les parents qui signent un document qui les engagent à entretenir, assurer le matériel. Ils ont conscience que cela coûte cher donc ils en prennent soin", affirme Jean-Pierre Pavon, adjoint au maire en charge de la Culture. La Ville d’Évreux déboursera au total 70 000 € pour l’acquisition de ces 150 instruments, sans compter les heures d’enseignement assurées par les professeurs du conservatoire. « C’est un investissement sur les personnes et sur l’avenir, considère Jean-Pierre Pavon. On peut penser que les enfants auront de meilleurs résultats scolaires, un meilleur rapport avec l’école. Pour eux, c’est une matière dans laquelle ils ne peuvent que progresser. C’est valorisant. »   Source : article de Paris Normandie publié le 19 janvier 2018